HaïkoOz


Curious front-end builder, wannabe photographer, despicable anarchist & cynical bastard.


Faites abstention au loup

À chaque nouvelle élection, un phénomène massif pointe le bout de son nez, c'est l'abstentionnisme.
À chaque nouvelle élection, on spolie ces gens.
À chaque nouvelle élection où les partis d'extrêmes font de bons scores, on se laisse aller en diatribes belliqueuses contre cette partie de la population.

Mais qui sont ces abstentionnistes ? Quels sont leurs réseaux ?

Qui sont-ils ?

J'aimerais qu'on prenne le temps ici de s'intéresser à ces gens, de savoir qui ils sont, d'où ils viennent et pourquoi ils ne se lèvent pas du canapé, parce que même les plus "démocrates" auto-proclamés, ceux-là même qui défendent la différence de culture, d'ethnicité, d'opinion, ont tendance à cracher sur le lot sans distinction.

Voici donc une liste non-exhaustive des différents type de "branleurs démocrates" :

  • Les ermites, ou ceux qui sont dans leur petit monde, refusant de s'intégrer à la vie sociale et donc à la vie politique. Ils n'ont souvent même pas eu vent des élections et ne s'en plaignent d'ailleurs pas.
  • Les indisposés, ou ceux qui étaient inopinément malades, bloqués quelque part avec un empêchement de dernière minute, ceux-là même dont le besoin de se soigner ou de se sortir de leur propre merde était plus important que d'aller mettre un papier dans une boîte.
  • Les ignorants, ou ceux qui ne comprennent rien à rien, ni au tenants et encore moins aux aboutissants, qui ne comprennent pas pourquoi ils doivent voter et à quoi cela servirait. Je vous le demande, qui serait assez insensé pour faire quelque chose machinalement, sans réfléchir ? Personne n'est idiot à ce point ؟
  • Les désabusés, ou ceux qui n'ont plus foi dans le régime actuel, qui ne voit que répétition d'échec avec pour seule différence l'alternance des bords politiques à chaque mandat, ceux qui prennent conscience que la démocratie représentative s'essouffle.
  • Les flemmards, ou ceux qui… qui préfèrent larver devant la télé, la console ou un bon bouquin, parce que c'est le week end et que sortir acheter du pain c'est déjà un effort surhumain, alors aller voter…
  • Les Fans du Blanc, ou ceux qui militent pour que le statut du vote blanc soit enfin considéré. Aujourd'hui c'est le cas, le vote blanc est compté et considéré… enfin jusqu'au point où on l'écrit dans les registres, sans avoir de réel poids dans la balance. M'enfin… doit bien rester des déçus, j'imagine.
  • Les activistes, ou ceux qui refusent par principe, par conviction philosophique ou politique de participer à ce qu'ils considèrent comme une masacarade démocratique, car participer ce serait dire qu'on corrobore ce système.

Voilà, on a fait le tour des groupes les plus importants, si j'en ai oublié, des significatifs, envoyez-moi un Fax.

Le malaise

Le malaise arrive surtout lorsqu'un parti d'idéologie extrême fait un bon score. On cherche désespérement, sans relâche, un coupable. Il faut blâmer. Il faut un bouc émissaire.

Accuser le voteur extrême ? Non, c'est son droit le plus strict de voter, même si l'on est pas d'accord avec lui.
Accuser le voteur blanc ? Non, lui aussi s'est exprimé malgré tout.
Accuser le voteur nul volontaire ? Ils sont si peu nombreux que ça n'aurait aucun impact.

Il ne reste donc que les abstentionnistes, ceux qui n'ont pas voulu ou pu prendre part aux élections. Ce sont eux les fautifs. On blâme ceux qui n'ont rien fait au motif fallacieux que ce sont des voix en moins contre ces partis extrêmes, alors que le principe des élections est, et à toujours été, de voter pour ceux que l'on veut voir au pouvoir, mais passons…
J'insiste sur le caractère fallacieux de cette critique. Rien n'est sûr, tout est supposé. Tous supposent que l'abstentionniste n'aurait pas voté extrême s'il avait bougé son cul; rien ne dit que certains votants extrêmes n'étaient pas d'abord partisans de l'abstention avant de recevoir le matraquage médiatique de l'image du mauvais citoyen qu'ils auraient été s'ils s'étaient retenus.
Tout n'est qu'allégation maladroite.

C'est une simili chasse aux sorcières que l'on retrouve là. Combien sont-ils ces pseudos démocrates qui réfutent aux néo-pestiférés leur droit de ne pas être d'accord, qui les insultent, qui les comparent aux collaboteurs du régime nazi, qui leur retirent même le droit de défendre leur intégrité ? Lequel est le plus "fasciste" des deux ? Celui qui impose à l'autre ou celui qui refuse de faire partie du groupe ?
Est-ce donc ça la démocratie tant vantée ? Celle où l'homme était égal à son prochain et libre ?

J'ai entendu les pires arguments à chaque fois. Les pires syllogismes. Les pires insultes. Mais rares sont ceux qui comprennent, ou qui cherchent en tout cas à comprendre que tous ne jurent pas par le vote. Rares sont ceux qui prennent conscience que ce n'est pas l'abstentionnisme le pire des maux de la démocratie moderne, mais le système démocratique actuel qui s'essouffle. Que la solution n'est pas l'obligation ou la sanction, que la solution c'est le recul, c'est rendre le pouvoir au peuple pour espérer son implication mais aussi la redéfinition de ce régime bancal.

En bref

Les abstentionnistes ce sont des gens normaux, comme vous et moi, certains sans véritable raison réfléchie, d'autres avec convictions mais tous (ou presque) ont choisi de garder leur voix pour eux, de garder leur symbolique pouvoir citoyen pour ne rien en faire.
Le score du FN de cette dernière élection européenne n'a rien à voir avec l'abstentionnisme; Ne blâmez pas des gens de s'être retenus, trouvez l'origine du problème et tentez d'apercevoir une solution. Pour les inciter au vote, ne les forcez pas, donnez-leur une voix qui a du poids, une raison de se dire qu'on peut changer les choses, vraiment changer les choses.

Bonus

Aller arrêtons un peu le sérieux voulez-vous bien et rions un peu avec George Carlin…

Je vous dirais bien de commenter si vous avez des choses à dire mais j'ai toujours pas de commentaires fonctionnels donc répondez moi sur Twitter.